Rechercher

Les premières années de mon parcours graphique.

Dernière mise à jour : 26 oct. 2021

Celui-ci à commencé en 2018. Après une année de seconde générale très délicate ( période 2017-2018 ) ou je n'était plus sûr de savoir ce que je voulais faire de ma vie, j'ai tout simplement décider d'ouvrir une porte vers un autre monde que je connaissais bien. Mais qui me paraissait à la fois totalement inconnue. J'ai décidé de rejoindre le lycée Eugène Hénaff de Bagnolet et sa section CAP Signalétique Graphisme et décors. Suite à mon année de troisième qui fût sans fautes, j'ai pus réaliser ce CAP en un an et obtenir le diplôme. Actuellement, je suis en terminale Brevet Métiers des Art Graphisme et décors. J'y ai effectuer ma première en période de confinement où j'ai su m'adapter au travail demander.

Depuis la troisième, j'avais pour objectif de devenir architecte. Je sais pas si j'aimais vraiment ce chemin ou si c'était une décision par défaut comme la majorité des adolescents de quinze ans. Mais arrivé en seconde générale au lycée Condorcet de Montreuil, la réalité la vite rattraper et m'a fait dévier. J'ai alors vécu une année de travail intensif comme j'en avais jamais connu et abandonner l'objectif pour lequel je me levais le matin pour aller en cours. Arriva la fin d'année. Je devais trouver une autre filière pour me relancer.

Depuis petit, mes parent me soulignaient toujours d'avoir ce don d'observer, d'imaginer et d'exécuter en voyant mes dessins enfantin. C'était simplement des dessins au crayon noir sur des feuilles A4, mais considéré par beaucoup au dessus de la normal pour un enfant de mon âge. Ces avis extérieur m'ont pousser à explorer cette piste et donc de rejoindre le lycée Eugène Hénaff pour participer à ma premier section Artistique. En entrant en CAP, j'ai vite trouver mon nouvel objectifs qui était et qui est toujours de créer une marque de vêtement.



Le niveau du CAP ne me paraissait pas si élever, il suffisait de ce concentrer et de ne pas avoir peur de se tromper. Le CAP était surtout un diplôme d'exécutant où l'on nous formait sur plusieurs procédés, méthodes graphiques et surtout à manipuler des machines d'impression comme la machine à découpe laser ou le ploter de découpe pour répondre aux besoin de l'employeur. Quand je suis arrivé dans la section, nous étions dix-neuf élèves. Je suis arrivé avec un bagage en moins comparé à ceux qui étaient la un an avant moi. Un retard que j'ai rapidement rattraper, lorsque les matières généraux me paraissaient simple et que l'enseignement professionnel n'était tout simplement que de la méthodologie et de la logique. Cela n'a pas été simple. Mais j'ai pu obtenir mon diplôme et faire parti des neufs privilégiés à rentrer dans la section des Brevet Métier des Arts.


En BMA, je suis actuellement formé pour devenir chef de projet afin de pouvoir diriger une entreprise, tout en étant graphiste et exécutant. Cette section est bien plus créatif et artistique que le CAP. Le Brevet Métier des Arts, lui est bien plus compliqué. Quand tu rentre dans cette section, tu dois être capable de manipuler correctement les machines et les procédé graphique ( selon la section ), être créatif, savoir diriger un projet en entier, être patient et observateur. Bien que je n'apprécie pas forcément le coté signalétique, j'adore le coté graphique et créatif.

Je suis fière du parcours que j'ai réalisé durant c'est trois dernières années.

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout